Prévenir les blessures

Tags :

Que vous soyez sportif(ve) ou non, sédentaire ou actif(ve), jeune ou moins jeune, le corps subit des contraintes musculaires et articulaires pour vos actions du quotidien (travail, sport, etc.). Si la qualité de votre récupération est équivalente au niveau d’activité physique que vous avez eu, alors tout ira bien. En revanche si la sollicitation est plus intense, usante, que votre capacité à récupérer, la blessure sera inévitable.

Lorsque vous vous blessez, il est déjà trop tard : le mal est fait. Il s’agit d’un signal d’alerte de votre corps qui témoigne que la limite a été franchie. Mais en amont, il est possible de réduire le risque, voici comment.

L’hydratation

Veiller à boire de l’eau au quotidien, et augmentez la quantité en fonction de l’activité physique et de la météo : n’oubliez pas que lorsque vous avez la sensation de soif, il est déjà trop tard, vous êtes déjà déshydraté(e).

Bien s’alimenter

Une alimentation équilibrée et adaptée à votre profil (sportif ou non, homme ou femme, etc.) reste essentielle afin de disposer d’assez d’énergie pour son quotidien, et de toutes les vitamines, minéraux, et autres apports nutritionnels pour maintenir un bon fonctionnement de votre organisme.

Bien dormir

Nous passons en moyenne un tiers de notre vie à dormir et ce n’est pas pour rien ! Il est essentiel d’avoir un sommeil récupérateur (environ 7 à 8h). Dormir trop ou pas assez est néfaste pour la santé.

Un entraînement adapté

Votre programmation sportive (sa forme, son volume et son intensité) devra s’organiser en vue de l’atteinte de votre objectif, en respectant votre capacité à encaisser cette charge de travail.

De plus, pensez avant chaque séance à bien vous échauffer : élevez votre température corporelle, lubrifiez vos articulations en les mobilisant, et mettez en action les groupes musculaires ciblés.

La progression

Dans votre programmation sportive, la progression doit exister et rester cohérente.

Exemple : ne pas commencer son séjour de 15 jours au ski par une piste noire, ou faire un match de rugby après plusieurs années d’inactivité sportive.

Écouter son corps

Avant que le corps ne déclenche la blessure, il envoie d’autres signaux. De petites douleurs parfois, mais aussi une fatigue générale (coup de barre), légère déprime, infections, etc. Restez vigilant à tous vos maux, ils n’apparaissent pas sans raison.

Bien s’équiper

L’évolution du matériel (sportif ou non) est très importante ces dernières années. Organisez-vous et équipez-vous du mieux possible selon vos moyens : avoir un bon siège pour un travail quotidien à son bureau, une bonne paire de chaussure pour un basketteur, etc. Avoir de bons outils pour faciliter le travail va agir sur votre santé et votre bien-être.

S’étirer

S’étirer un muscle ne diminue pas le risque de blessure. Par contre, les étirements restent un bon outil pour se libérer de tensions musculaires accumulées : si je ne m’étire pas, je me raidis (les chaînes musculaires se raccourcissent), et si je laisse des tensions musculaires me raidir, elles peuvent entraîner une blessure.

En conclusion

Ces principaux facteurs permettent la diminution du risque de blessure, mais il n’est jamais égal à zéro. De nouveaux facteurs sont à l’étude encore aujourd’hui, notamment sur le lien fort existant entre les blessures et l’existence de déséquilibres émotionnels passés. Il y a encore beaucoup de mystère autour d’elles : notre meilleur conseil sera de rester à l’écoute de votre corps.

Publié par AZEOO

Notre mission est de permettre à chaque individu de s’épanouir comme acteur de son bien-être à travers un style de vie sain et actif. Nous sommes convaincus que la pratique d’une activité physique régulière couplée à une nutrition adaptée permet d’impacter positivement la santé du corps et de l’esprit. La vision d’AZEOO est d’être partie prenante dans la lutte mondiale contre la sédentarité. Rejoignez-nous !