La musculation est un bon complément au sport que vous pratiquez. On le voit dans les staffs de sports collectifs et individuels, où des préparateurs physiques et des spécialistes en haltérophilie sont de plus en plus présents. Se servir de la musculation pour améliorer ses performances dans son sport ne s’invente pas, c’est un métier à part entière. C’est pourquoi nous allons tenter de vous expliquer le lien existant entre les deux, de manière simple, tout en sachant que cela ne l’est pas du tout : mal réalisé cela peut même vous desservir.

Prendre du volume musculaire

Prendre du muscle va vous rendre par définition plus imposant(e), plus volumineux(se), mais aussi plus lourd(e). Réfléchissez à deux fois avant d’engager ce processus. Très souvent, suite à un  cycle de prise de masse, on bascule sur un second cycle pour travailler l’explosivité, la vitesse (comme pour les sports de combat, rugby, handball, etc.), afin que cette masse supplémentaire ne soit pas un fardeau.

La musculation ne peut pas se substituer au sport que vous pratiquez, elle n’est qu’un complément qui ne remplace pas l’entraînement technique, le geste sportif en lui-même.

Exemple : l’homme ayant les plus grosses cuisses du monde n’a pas forcément la plus grosse frappe de balle du monde !

Avoir davantage de puissance dans mon sport

Il peut être intéressant pour vous d’avoir une plus grande frappe de balle par exemple en golf, en tennis, en football, etc.

L’augmentation de cette puissance musculaire s’obtient par l’augmentation de la vitesse de contraction du muscle, ou par un gain de force musculaire. La musculation aidera sur ce second paramètre. Il vous faudra identifier quels muscles principaux et secondaires interviennent dans votre geste sportif, et vous préparer un programme de musculation ayant pour objectif le gain de force de ces muscles.

Comme dans le premier paragraphe, frapper loin une balle de golf est une chose, mais la gestion de cette puissance, la précision du swing, ne se travaille pas en musculation.

Tous les exercices visant la tonification de la sangle abdominale, du dos, les gainages, sont toujours utiles dans les différentes disciplines sportives, pour améliorer la transmission des forces dans votre corps : cela ne sera jamais de trop dans votre programmation.

Être plus endurant(e) dans mon sport

L’endurance musculaire peut se travailler mais pas l’endurance cardio respiratoire.

Pour la première, il faudra multiplier les répétitions et les exercices afin de se rapprocher des performances que vous voulez améliorer.

Exemple : être capable de sprinter sur les 200 derniers mètres de mon 5000 m. Pour réaliser cette performance, je peux m’imaginer courir 4800 m sur tapis en vitesse de course, et d’aller chercher cette faculté en enchaînant des séries de squats, des squats jump, des sprints lestés, etc. pour habituer mes jambes à cet effort.

Pour le second critère, il faudra basculer sur les machines cardio respiratoires, travailler le fractionné, l’endurance de fond, etc.

En conclusion

La musculation est un vrai complément au sport, dans cette idée que l’on se construit du muscle utile, pour réaliser une performance sportive. L’inverse n’est pas forcément vrai, car si mon objectif est purement esthétique, le sport n’est alors pas un complément à la musculation.

Mais pour que l’un puisse servir l’autre, il vous faudra vous documenter, vous faire accompagner car ce juste dosage des deux ne s’invente pas, c’est un métier.